3

ORTHOPUS développe une main robotisée en open source

< Actus des entreprises

L 9 février 2021

Faire mieux avec moins. C’est le principe de l’innovation frugale mais aussi le cap que se donne ORTHOPUS depuis sa création en 2018. Entreprise spécialisée dans le développement de solutions handitech, elle travaille actuellement à la création d’une prothèse de main myoélectrique, actionnée via des capteurs musculaires. Plus accessible et plus robuste, cette solution permettra de reproduire 80% des gestes du quotidien.

Robuste, fonctionnelle, performante, partagée en open-source et accessible. La prothèse de main myoélectrique d’ORTHOPUS réunit tous les critères pour faciliter le quotidien des personnes amputées du membre supérieur. Non-invasive, elle s’actionnera à l’aide de capteurs posés sur la peau amplifiant les signaux nerveux lors d’une contraction musculaire ; signaux qui permettront de commander l’ouverture et la fermeture de la main.

Si le fonctionnement est déjà assez impressionnant en soit, la manière de faire d’ORTHOPUS l’est tout autant si ce n’est plus. En effet, David Gouaillier et son équipage s’inspirent de l’innovation frugale, utilisant des moyens de production simples, peu coûteux et disponibles, pour se concentrer sur les besoins réels de l’utilisateur. Ainsi, les fonctionnalités sont délibérément limitées : les fonctionnalités se concentrent sur deux prises principales pour modérer le prix d’achat tout en garantissant de hautes performances. Résultat : une prothèse financée par différentes levées de fonds, qui permet de retrouver 80% des gestes de la vie quotidienne à un prix abordable (aujourd’hui estimée aux alentours de 600€). Les prothèses de main myoélectriques sur le marché débutent généralement à 3 000€et peuvent atteindre jusqu’au 60 000€.

Une prothèse sous licence-libre

Toutes les solutions développées par ORTHOPUS sont partagées en open source et celle-ci ne déroge pas à la règle. En cas de panne simple, l’utilisateur pourra donc consulter les plans et les schémas de sa prothèse en ligne pour venir lui-même à bout du problème.

Comme nous l’explique Côme, explorateur R&D en charge du développement de la nouvelle prothèse de main : « en partageant la documentation en open-source, nous travaillons pour le bien-commun. L’usager va pouvoir savoir ce qui ne va pas quand ça ne va pas ; il aura ainsi plus confiance dans sa prothèse, ce qui lui permettra de se l’approprier complètement ».

Avant de pouvoir être mise sur le marché, la prothèse devra d’abord passer une série de tests puis un essai clinique avec des patients-utilisateurs. Ces différentes étapes permettront d’y apporter quelques ajustements avant de recevoir la certification médicale qui ferait de la prothèse ORTHOPUS le premier dispositif médical accessible en open-source. En parallèle, ORTHOPUS mène actuellement une deuxième levée de fond pour poursuivre le développement de ses aides techniques

 

        

    Prothèse de main myoélectrique développée par ORTHOPUS (2020)

 

En savoir plus sur la main myoélectrique d’ORTHOPUS

Les autres services :