3

Studio Sherlock : « Avant, nous avions peur de voir grand ! »

< Actus des entreprises - Les projets accompagnés

L 29 mai 2019

Julie Garcia et Charlotte Trigance, cofondatrices de Studio Sherlock

Charlotte Trigance et Julie Garcia sortent à peine de l’accélérateur proposé par la Creative Factory, pour leur entreprise Studio Sherlock, experte dans la valorisation du patrimoine. Où l’on découvre que deux refus peuvent mener au succès.

C’est quoi, Studio Sherlock ?

Julie: « C’est une agence de production audiovisuelle et transmédia experte dans la valorisation du patrimoine, notamment les chantiers de restauration. Nous réalisons des vidéos de suivi de chantier, des pastilles vidéo pour les réseaux sociaux, des podcasts sonores, des articles de fonds et des fiches techniques pour nos clients. Ils peuvent être des entreprises de restauration du patrimoine qui ont besoin de valoriser leur savoir-faire et leurs chantiers, mais aussi des gestionnaires de sites, maitres d’ouvrages publics ou privés. »

Mais vous ne faites pas que de la valorisation…

Charlotte : « En effet, Julie est réalisatrice, et je suis ingénieure spécialisée dans le diagnostic des matériaux et des structures anciennes. Je réalise notamment des diagnostics pour déterminer les pathologies qui affectent les monuments dans le but de les restaurer. Studio Sherlock a donc aussi une activité d’ingénierie. »

Que vous ont apporté ces 9 mois d’accompagnement ?

Julie : « Cela nous a d’abord permis de nous poser pour travailler nos valeurs et la façon de présenter notre activité. Et puis cela a été un grand soutien moral parce qu’entreprendre, c’est complexe et parfois stressant. »

Charlotte : « C’est difficile de prendre du recul quand on est dans la gestion quotidienne. Nous avons embauché deux personnes récemment ; nous aurions eu bien du mal à déterminer les profils et à franchir le pas sans l’accompagnement. »

Que serait devenu Studio Sherlock sans l’accélérateur ?

Julie : « Nous aurions continué à nous développer, mais plus lentement et moins efficacement, en ayant toujours du mal à expliquer ce que nous faisions. Nos objectifs ne seraient pas aussi clairs : nous voulons devenir un acteur majeur de la valorisation et de la restauration de patrimoine. Avant, nous avions peur de voir grand ! »

Quels conseils donnez-vous à ceux qui hésiteraient à déposer leur candidature pour la saison 2019 ?

Julie : « Il ne faut pas hésiter, et persévérer ! La preuve : nous avons candidaté 3 fois à la Creative Factory, et c’est seulement à la 3ème fois que nous avons été prises ! »

Quel avenir immédiat pour Studio Sherlock ?

Charlotte : « Nous venons de signer un contrat de 3 ans avec la Ville de Paris pour la valorisation de la restauration de deux églises, ainsi qu’avec la DRAC Bretagne pour la valorisation de la restauration d’églises. Et nous avons deux projets en cours avec le Centre de monuments nationaux, parce que nous avons été sélectionnées à l’Incubateur du patrimoine. »

Les autres services :