3

Usages temporaires : l’île de Nantes sur le devant de la scène européenne

< International

L 5 mars 2018

La SAMOA à Athènes pour le projet REFILL, sur les usages temporaires en milieu urbain

Terre d’expérimentation, l’île de Nantes et son Quartier de la création inspirent les métropoles européennes. Engagée depuis 2016 dans le projet REFILL – destiné au partage de connaissances sur les usages temporaires en ville –, la Samoa s’est rendue récemment à Athènes et s’envolera bientôt pour Gand, en Belgique, pour l’ultime étape du programme.

Comment (bien) occuper et animer les friches en milieu urbain, le temps de leur réhabilitation ? Cette question anime dix villes européennes depuis 2016 : Cluj (Roumanie), Poznań (Pologne), Gand (Belgique), Amersfoort (Pays-Bas), Athènes (Grèce), Bremen (Allemagne), Helsinki (Finlande), Ostrava (République tchèque), Riga (Lettonie)… et Nantes !

Ces agglomérations sont engagées depuis deux ans dans le projet REFILL du programme européen URBACT. Son but : favoriser le partage de connaissances sur les occupations temporaires des espaces vacants en milieu urbain. Pour le consortium, l’enjeu est d’identifier les instruments qui engendrent des effets positifs au sein de ces espaces et d’explorer comment la dynamique de ces utilisations temporaires peut laisser une marque permanente dans nos villes.

Des visites aux quatre coins de l’Europe

Sur le terrain, le projet REFILL s’est notamment concrétisé sous la forme de deep dive study visits (littéralement « visites d’étude en plongée profonde »). En clair, plusieurs délégations ont visité tour à tour les projets de chacune des villes du consortium. Différents rapports ont également été publiés sous la forme d’articles et plusieurs temps de réflexion et d’échanges ont été organisés.

Pour Nantes, ces visites ont été l’occasion de faire découvrir sa particularité : un processus structuré d’occupations temporaires au service du développement économique. Autrement dit : l’offre d’immobilier d’activité low-cost (pilotée par la Creative Factory), qui vise à loger des entrepreneurs issus du secteur des industries créatives et culturelles dans des bâtiments vacants. Cette stratégie s’incarne dans des lieux et projets tels que Le Karting, La Centrale, le Solilab, Aire38… ou encore le projet participatif Ilotopia et son Wattignies Social Club.

Le projet Ilotopia en exemple

Le projet REFILL arrive désormais à son terme : emmenée par la Samoa, une délégation nantaise composée entre autres de Bassem Asseh, adjoint au maire chargé de la co-construction et de la participation citoyenne, s’est rendue à Athènes les 26, 27 et 28 février derniers. Six autres élus des villes du consortium étaient également, à l’instar du maire de Gand et du Sénateur de Bremen (Allemagne). Cette rencontre a notamment porté sur les questions de participation citoyenne au sein de ces friches, mais aussi sur les initiatives locales présentes là-bas.

L’ultime étape du projet REFILL se jouera maintenant les 26, 27 et 28 mars prochains pour la conférence finale à Gand, en Belgique, afin de mettre en commun les différents retours des acteurs du consortium. La délégation nantaise y présentera notamment un plan d’actions local sur le projet Ilotopia. L’occasion de faire rayonner encore un peu plus le projet urbain de l’île de Nantes à l’échelle européenne.

En savoir plus sur le Projet REFILL (en anglais)

 

« La visite de l’île de Nantes nous a marqués. Elle accueille une telle diversité d’acteurs et d’initiatives ! La coopération entre la puissance publique, l’aménageur, les promoteurs et les habitants est très stimulante. Cette approche de l’urbanisme tempéré, le temps long accordé aux expérimentations de petite échelle, est un excellent point de départ pour de futurs investissements majeurs. »

Agnieszka Osipiuk, responsable du service projets internationaux de Poznań (Pologne), lors de sa venue à Nantes en mai 2017.

Les autres services :